Recettes de cuisine

Yaourts végé maison sans yaourtière

yaourts végé sans yaourtière

Après le yaourt maison classique, voici la version 2, végétale! Mais pourquoi donc va-t-elle nous chercher des yaourts végé (question 1)? se demanderont la plupart d’entre vous. Et en plus sans yaourtière (question 2)?

Réponse 1: il y a déjà quelques temps, je suis tombée sur cette vidéo.

Je demande pardon aux âmes sensibles, j’ai moi-même été très choquée par la violence de ces images, et pas forcément super à l’aise avec le ton sur lequel tout cela est présenté, mais d’un autre côté je comprends la révolte de la fille qui en parle.

Je suis plus branchée cause humaine et sociale que cause animale, mais je pense aussi que nous définissons notre nature d’êtres humains à travers nos rapports avec le reste des êtres vivants, et ce que nous infligeons actuellement à ces autres êtres vivants n’est pas joli joli… Quand j’étais enfant, je recueillais des petits animaux blessés ou perdus pour les soigner (qui ne l’a pas fait?), et je cherchais à entrer en communication avec ces petites bêtes. Lorsque l’on a le cœur pur, on est plus attentif et on sent avec plus d’intensité les choses simples, comme par exemple le fait que oui, un animal a une forme d’intelligence et de sensibilité.

Du coup, je me suis dit que si en réalité les vaches et les chèvres n’étaient pas faites pour donner du lait toute l’année, alors moi je n’étais pas faite pour en boire (sans compter tous les arguments qui disent que le lait de vache, c’est pour les veaux, point!). Question environnement, l’élevage intensif qui résulte de notre forte consommation de produits laitiers est une catastrophe. Le problème avec le zéro déchet, c’est qu’une fois que l’on se trouve dans la barque, on doit régulièrement prendre une carte et un compas pour dessiner l’itinéraire, ce qui nous obligent à ouvrir les yeux sur des tas de trucs qu’on aurait préféré ne pas savoir, pour ne pas devoir sacrifier certaines habitudes auxquelles on tient. Là, savoir ce qu’impliquait le fait de manger mes bons petits yaourts tous les matins m’a un peu coupé l’appétit. Alors si on a du mal à se passer de lait de vache ou de chèvre, ce que je peu très bien comprendre, il faut autant que possible essayer de s’en fournir auprès de petits producteurs pour limiter les dégâts 🙂

Du coup, j’ai testé des recettes de yaourts végétaux. Comme je ne suis pas super branchée soja à la base, j’ai essayé à l’amande, à la noix de cajou, à la noisette, mais tout était supra dégueu!! Un sale goût d’algue rancie. En désespoir de cause, je me suis rabattue sur le lait de chèvre parce que c’est la saison et que j’en trouve en bouteille consignée au marché, et puis après mon ami et moi avons carrément laissé tombé les yaourts.

Mais le petit déj sans yaourt je trouve ça triste, et récemment j’ai quand même voulu tenter l’expérience avec le soja.

Tadaaa! Les yaourts sont un succès, super faciles à réussir, et l’on s’habitue vite à la douceur inattendue de ce laitage végétal, surtout si on le mélange avec un bon granola maison et des fruits.

Réponse 2: c’est quand même mieux de pouvoir faire ses yaourts sans dépenser 50 euros dans une yaourtière faite en Chine et qui va vous claquer dans les doigts deux jours après la fin de la garantie non? En plus vous pouvez vous en faire même en vacances, il suffit d’avoir à votre disposition un grand bocal (pour y mettre le yaourt) et une casserole – et une écharpe en laine, ce qui, je le reconnais, peut poser problème si l’on est parti en août.

INGRÉDIENTS POUR LES YAOURTS VÉGÉ:

ferment: pour la première fournée, soit un yaourt Sojade bio, soit du ferment yalacta acheté en pharmacie. Pour les fournées suivantes, deux grosses cuillères de yaourt maison.

lait de soja bio (on peut le faire soi-même, mais j’y vais progressivement donc pour l’instant je produis quand même un déchet: le tétrapack qui va au recyclage, et la petite capsule qui ne se recycle pas…)

PRÉPARATION:

Idéalement, stériliser dans de l’eau bouillante tout ce qui va être en contact avec les éléments de la préparation: cuiller pour verser le yaourt dans le lait, thermomètre si vous en utilisez un, fouet, pots de yaourt… La stérilisation sert à éviter que des bactéries extérieures s’incrustent à la fête des bactéries de la fermentation et se la jouent projet X.

La préparation est la même que pour les yaourts à base de lait de vache ou de chèvre, à part que l’on n’a pas besoin de faire bouillir le lait pendant 20 minutes. Je ré-explique le processus, de façon un peu plus détaillée:

Ce qui compte dans la fermentation, c’est que le ferment et le lait créent entre eux plein de petits liaisons chimiques qui vont donner à l’ensemble sa consistance solide. Et ce qui leur permet de le faire, c’est la diminution très progressive de leur température. La fermentation doit débuter aux alentours de 55 °C, et la température doit diminuer très lentement pendant plusieurs heures. Attention, les ferments meurent à partir de 60°C.

Il est très pratique d’avoir avec soi un thermomètre de cuisson, toutefois je vous donne un truc pour vous en passer:

Si la température ambiante avoisine les 20°C et que votre lait de soja est à température ambiante, versez 450 mL de lait dans une casserole que vous mettez à bouillir. Une fois que le lait bout, retirez-le du feu et ajoutez les 550 mL de lait froid restants, en mélangeant bien. Vous obtiendrez un mélange avoisinant les 56°C. Si vous êtes bon en calcul, ce qui n’est pas mon cas, vous pourrez facilement adapter cette technique en fonction de la température de départ de votre lait.

Ajoutez le ferment en fouettant bien, et versez sans perdre de temps le mélange dans les pots à yaourt.

Fermez-les et emmitouflez-les dans une écharpe en laine, si possible dans une caisse en bois. Le bois est un très bon isolant, et la caisse protégera vos petits yaourts des courants d’air. Si possible, recouvrez la caisse pour une protection parfaite.

yaourts végé maison sans yaourtière

Ma yaourtière made in France

Normalement, vos yaourts sont prêts en quatre heures. Toutefois, au fil des fournées il leur faut souvent un peu plus longtemps pour bien se solidifier. N’hésitez donc pas à les préparer le soir et à les laisser fermenter toute la nuit.

Je n’ai pas encore testé, mais on peut aromatiser ses yaourts en y ajoutant du miel et de l’extrait de vanille, des confitures ou de la crème de marron au fond des pots avant de verser le lait, ou en mélangeant le lait avec du chocolat en poudre pour obtenir des desserts chocolatés!

NB: il faut autant que possible éviter que les yaourts en fermentation soient exposés à des vibrations.

Et une ricotta végétale super facile à réaliser, ça vous dit? 🙂

6 Comments

  • Reply Noémie 31 mai 2016 at 11 h 29 min

    Ravie que tu aies fait cet article !
    J’hésite depuis pas mal de temps à fabriquer mes yaourts à base de lait végétal, je m’y mettrai peut-être un jour… Pour le moment je m’en passe très bien ! 🙂

    • Reply abracada-vrac 31 mai 2016 at 14 h 53 min

      Ah le mieux est encore de réussir à s’en passer^^

  • Reply Tu-Hien 2 août 2016 at 21 h 45 min

    Combien de jours peut-on les conserver ?
    Merci 🙂

    • Reply abracada-vrac 8 août 2016 at 21 h 33 min

      Je les consomme dans la semaine, je ne pourrai donc pas vous dire s’ils tiennent plus^^ Pour que le ferment reste efficace je pense qu’il vaut mieux en refaire chaque semaine…

  • Reply chuba 9 novembre 2016 at 13 h 42 min

    bonjour
    comment faire pour ajouter le calcium?
    je pense notamment au laits du commerce avec lithothamme
    C est pour mes enfants, qui mangent beaucoup moins de legumes que moi (mais ils mangent bien les amandes!).
    merci

    • Reply abracada-vrac 23 novembre 2016 at 15 h 43 min

      Bonjour,
      Dans tous les cas, le lait animal n’apportera pas vraiment de calcium à vos enfants: de plus en plus d’études révèlent que malgré l’importante quantité de calcium contenue dans les laitages, ces derniers décalcifient de deux manières: d’une part le calcium contenu est difficilement assimilable, et d’autre part l’acidification engendrée par les laitages oblige le corps à pomper dans ses réserves osseuses de minéraux pour lutter contre l’acide… La meilleure solution reste donc de manger des légumes riches en calcium, le plus crus possible, et des amandes comme ils le font déjà 🙂

    Leave a Reply