Désintox, Entretien de la maison, Les étapes vers le zéro déchet

Vivre avec 100 objets

100 objets

Après un dimanche pluvieux consacré au désencombrement, je voudrais vous faire part d’une découverte que j’ai faite à cette occasion: le challenge des 100 objets relevé par David Michael Bruno.

Alors que je me demandais comment il était possible qu’après déjà deux ans de désencombrement il y ait encore chez moi autant d’objets parfaitement inutiles et encombrants, je suis tombée sur un article parlant de cet Américain qui a décidé, pour s’affranchir de la société de surconsommation dans laquelle nous vivons, de choisir 100 objets qu’il garderait pour vivre au quotidien.

D.M. Bruno part du principe que malgré tous les objets que nous avons, malgré l’expansion du niveau de vie et du pouvoir d’achat mondial, nous demeurons malgré tout insatisfaits, et que notre consommation n’empêche pas les crises économiques de se produire.

« La définition de la folie, c’est de refaire tout le temps la même chose et d’en attendre des résultats différents ». Albert Einstein

Pour éviter d’être possédé par ce qu’il possède, il a donc décidé de restreindre ses biens matériels à l’essentiel. Préparant son challenge longtemps à l’avance, il a désigné petit à petit les objets qui feraient partie du voyage.

Alors ni une, ni deux, moi qui en étais à la cuisine et un peu fatiguée, j’ai été regonflée à bloc pour discerner à la lumière de ce challenge quels étaient les objets de cette pièce dont je me servais réellement au quotidien et ceux dont je pourrais me passer!

Oui, parce que la cuisine, quand on aime cuisiner, on y passe quand même un sacré temps et on s’énerve vite à cause du bazar, des placards qui débordent et sont déjà dérangés le lendemain du grand rangement, de la vaisselle qui s’accumule dans l’évier, de la vaisselle qui est sale au moment où on en a besoin parce qu’elle attend sagement dans le lave-vaisselle son tour de manège.

Alors, j’ai repensé à un proche qui lors de notre premier emménagement à deux avait manifesté une grande inquiétude en voyant que nous avions « si peu de vaisselle » et qui suggérait que nous achetions des meubles supplémentaires pour pouvoir y ranger toute la vaisselle supplémentaire que nous achèterions aussi, pour pouvoir suppléer au fait que quand on a la chance d’avoir un lave-vaisselle, il nous faut plus de stock pour attendre sans manquer de rien que le lave-vaisselle tourne et nous rende notre vaisselle à nouveau utilisable. Vous m’avez suivie ou pas?

Donc là, j’ai repensé à cette remarque, et il m’est venu une idée. Et cette idée c’était qu’au fond, c’est peut-être une sacrée connerie d’avoir un lave-vaisselle quand on vit à deux! ça utilise de l’électricité alors que la vaisselle à la main ne nécessite que de l’huile de coude, ça demande plus d’eau que si on utilise deux bacs (trempage et rinçage) dans l’évier, et en plus ça nous oblige soit à avoir le double de vaisselle, soit à pester chaque fois qu’un truc dont on a besoin n’est pas encore propre! C’est là que je me suis dit que la vraie solution, c’était d’avoir encore moins de trucs dans ma cuisine.

Si on est deux, pourquoi avoir plus de deux fourchettes, deux couteaux de table et deux couteaux de cuisine (aaah la cuisine en amoureux), plus de deux assiettes etc? Si je cuisine majoritairement des aliments crus (oui je vous en reparlerai c’est une autre découverte chelou à laquelle m’a menée le zéro déchet), à quoi bon avoir plus d’une casserole, une poêle et une cocotte minute (ce qui j’en conviens n’est déjà pas mal)?

100 objets

Il suffit de laver son couvert juste après utilisation, et hop il est à nouveau disponible! Comme ça, plus de vaisselle qui traîne dans l’évier pendant qu’on en sort de la toute propre du placard, plus de placards où on ne trouve rien tellement il y en a, et un max de simplicité! Qu’est-ce que ça libère, un intérieur sobre et aéré, qui ne demande pas des heures de rangement et d’entretien! Et de disposer de la place que l’on veut pour ranger à l’endroit le plus pratique chaque objet!

J’ai donc sélectionné rigoureusement les objets qui me sont vraiment utiles, et je m’en suis sortie avec 80 objets, que vous voyez sur la photo au début de l’article.

Pour les amis qui viennent, on s’est dit que comme la plupart du temps on faisait des apéros, nos deux grandes et petites assiettes, nos deux grands et quatre petits bols ainsi que nos deux verres suffiraient largement à présenter les victuailles. Par contre niveau verre on va devoir faire quelque chose…

100 objets

Au bout de deux mois, c’est toujours le pied! Le bilan, c’est que j’ai eu besoin de redescendre deux trois fois du haut du placard quelques trucs comme le grille-pain ou une fourchette et une assiette supplémentaires pour un ami de passage, mais globalement nous ne manquons de rien, pas même du lave-vaisselle qui reste sage dans son coin.

Bon, je suis encore loin des 100, mais en même temps D.M Bruno joue un peu avec les mots, parce qu’en réalité il parle plutôt de 100 objets personnels, c’est-à-dire que si on vit en famille le canapé ne compte pas, par exemple. D’autres règles sont de ne compter toutes les chaussettes ou toute autre catégorie du même genre comme un seul objet. Quoi qu’il en soit, je trouve la portée intellectuelle, pratique et symbolique du concept très intéressante, et je compte la réutiliser lors de prochaines sessions désencombrement, même si j’espère qu’il va y en avoir de moins en moins!!

Vous pouvez vous inspirer de la liste d’objets de Damien qui s’est essayé à ce challenge et en parle sur son blog. Notez bien que vous n’êtes pas obligés d’avoir une catégorie de trucs ésotériques, ça marchera quand même sans 😉

Motivé(e)s??

5 Comments

  • Reply Azera 1 juin 2016 at 21 h 55 min

    Personnellement, je n’arriverais pas à cuisiner avec aussi peu de matériel (j’utilise trèèès souvent 2 casseroles ou 2 poêles pour le même repas et en même temps). Cela dit, je pense que ça m’évite aussi un paquet de déchets : je cuisine pas mal, je prépare pour 4 quand on mange a 2 et garde les restes pour une autre fois ou les congèle, etc. Ça m’évite d’avoir envie d’acheter des plats préparés et suremballés (le fait maison est tellement meilleur).

    Après, ça dépend aussi de ce qu’on cuisine (et on peut manger très bien avec des recettes simples nécessitant moins de matos, ça m’arrive aussi d’ailleurs !), mais moi j’aime trop cuisiner pour renoncer à un paquet d’ustensiles (même si j’essaie bien sûr de les limiter à ceux qui me servent vraiment)

    • Reply abracada-vrac 2 juin 2016 at 10 h 08 min

      Bonjour Azera! C’est très important d’être consciente de tes besoins et de ce qui te fait plaisir! Tu as raison, le but n’est pas de viser un chiffre idéal qui ne reflèterait pas ta façon de vivre!! Il ne s’agit que d’un petit challenge adaptable à chacun et qui motive pour se débarrasser des choses qui nous encombrent sans nous servir (et c’est fou ce qu’elles étaient-et sont encore-nombreuses chez moi!!).
      Comme toi, je suis passionnée de cuisine, alors pas question de me séparer de mes ustensiles chéris!! Mais notre conversion au zéro déchet a aussi été source de nombreux questionnements sur notre façon de nous alimenter, et nous a amenés à faire évoluer nos habitudes alimentaires, qui nécessitent aujourd’hui de moins en moins de matos 🙂

  • Reply Jenny 12 novembre 2016 at 1 h 47 min

    Pour le lave-vaisselle, je suis tout à fait d’accord! Mes parents m’ont déjà proposé de m’en offrir un, mais je n’en voyais pas l’intérêt, et je n’ai pas la place non plus de le mettre! Je déteste faire la vaisselle, mais remplir et vider le lave-vaisselle ne me semble pas plus pratique au final.

  • Reply Solene 9 janvier 2017 at 10 h 58 min

    Bonjour ! super article, je suis tout a fait d’accord pour limiter le nombre d’ustensile de cuisine , par contre niveau lave vaisselle, je suis moyen d’accord, je m’explique :
    j’ai fait le test chez moi ( vous allez voir je pousse un peut le bouchon …mais c’etait pour etre sure de mon résultat !!) en faisant la vaisselle dans mes bacs d’évier (un trempage et lavage comme toi) et en enlevant le syphon de l’evier et en placant un seau de 10l en dessous, figure toi que j’ai utilisé pres de 16l pour ma vaisselle ( 1 seau et demi ca va tres vite!!!) du coup … ca a validé mon achat un lave vaisselle compact : je ne fais pas de pub en particulier pour ce modèle c’est celui que j’ai et j’en suis ravie
    http://www.boulanger.com/ref/8000546
    il n’utilise environ que 6.5l soit pres de la moitié de l’eau pour une vaisselle a la main, classé A+++ il est super econome en energie il n’est pas beaucoup plus gros qu’un micro onde, je l’ai installé sous l’evier c’est le meilleur achat que j’ai fait depuis des années et il n’y plus de corvée de vaisselle
    C’EST LE PIED !!!!
    et du coup comme il est petit pas besoin d’attendre qu’il soit plein pour le faire tourner, le manuel explique bien comme ranger la vaiselle dedans et c’est tres ergonomique bref pour un couple c’est ideal, ca fait gagner beaucoup de temps

    • Reply abracada-vrac 6 avril 2017 at 10 h 07 min

      Merci Solène pour ce test et ces explications très intéressantes!! Effectivement, un lave-vaisselle compact semble représenter une très bonne solution lorsque l’on est peu nombreux à la maison!! La question reste de savoir s’il tiendra longtemps (toujours la grande question quand on parle d’électroménager sur un blog zéro déchet^^) 🙂 Je croise les doigts pour que ce soit le cas!!

    Leave a Reply