Désintox, Les étapes vers le zéro déchet

Parents 0 déchet: pourquoi/comment

parents

Je discute beaucoup avec des mères de familles très intéressées par ma démarche, et qui en même temps ne se sentent pas les épaules pour assumer un tel mode de vie. Cet article a pour but d’expliquer pourquoi il est absolument crucial, en tant que parents ou futurs parents, de se mettre au zéro déchet, tout en vous décomplexant du mythe du parent idéal.

PARENTS ZÉRO DÉCHET: LE POURQUOI

Je ne prétends pas livrer une leçon d’éducation, puisque je n’ai même pas d’enfants, mais je peux apporter un témoignage d’enfant sur ce que j’ai aimé et aurais aimé que l’on me donne pour vraiment réussir ma vie.

Pour en fréquenter un certain nombre grâce à mon métier actuel de professeur particulier et d’autres relations amicales, je commence à connaître beaucoup de parents. Et une chose est certaine: la grande majorité d’entre eux se montre très préoccupée par « l’avenir » de ses enfants. Expression qui mérite que l’on s’y attarde un peu. Par « avenir », tous ces parents entendent en fait souvent « avenir professionnel« . Mais le fait que l’adjectif ait été supprimé est révélateur d’un trait de nos mentalités: c’est notre carrière qui assurerait la réussite de la totalité de notre existence future. En tant que grand enfant, voilà ce que j’ai envie de répondre: non, la beauté de ma vie future ne dépend par exclusivement de ma carrière. Bien sûr, qu’il est mieux d’avoir les moyens de financer ses choix de vie! Mais encore faut-il avoir compris que pour devenir un adulte heureux, il faut précisément avoir réfléchi à ces fameux choix de vie.

Les parents sont formés par la société de consommation à éduquer leurs enfants dans le sens d’une belle réussite professionnelle, parfois au détriment d’autres aspects très importants de leur avenir, pour que leurs enfants deviennent à leur tour de bons travailleurs à fort pouvoir d’achat. La réussite professionnelle devient alors un objectif en soi. Et lorsque l’on ne sait pas vraiment qui on est et que l’on gagne un bon salaire, où cherche-t-on le bonheur? Dans la consommation. Alors qu’en apprenant à son enfant à décrypter le monde dans lequel il évolue, en l’aidant à comprendre qui il est profondément, quelles sont ses qualités, ses passions, ses motivations, quels sont ses rêves, on lui donne toutes les chances de mettre au mieux sa réussite professionnelle au service de son bonheur. Et d’ailleurs, on lui donne aussi toutes les chances de réussir professionnellement, car alors cette réussite a un sens plus profond, elle est portée par des motivations bien ancrées.

Dans le contexte géopolitique, social et environnemental d’aujourd’hui, l' »avenir » des enfants résonne avec plus d’intensité que jamais. Quel avenir nos enfants auront-ils? Combien des jeunes de mon âge se demandent s’ils ne rendraient pas mieux service à leurs enfants en ne les faisant pas venir à ce monde de fous?

Être un enfant du XXIe siècle, c’est douloureux. On récolte des difficultés qui viennent des choix des générations précédentes, on paie de notre innocence leur longue insouciance. Pas d’accusation ici, les générations qui me précèdent n’avaient pas conscience que leur mode de vie mettrait en difficulté les générations à venir. Ne refaisons pas le passé, mais par contre construisons le futur grâce à une solidarité intergénérationnelle! Si vous, en tant que parents, avez honte d’avoir vécu tant d’années d’une façon qui, sans que vous le sachiez, mettait en péril l’avenir de vos propres enfants, ne désespérez pas car vous avez peut-être encore les moyens de réparer cela en leur donnant les moyens de s’en sortir.

On le sait, l’éducation se fait pour, mais aussi bien souvent malgré nos enfants. Si nous parlions Nutella? Oui, parce que le Nutella entre vite en ligne de compte lorsque l’on commence à discuter changement de mode de vie avec des parents: « Oui, c’est sûr que vivre sans déchet en mangeant bio, ce serait l’idéal, mais moi je ne peux pas parce que si je supprime le Nuttela, c’est la mutinerie ». (Si besoin, ne pas hésiter à remplacer dans cette phrase « Nutella » par « Monstermunch », « Pringles », « Crunch » ou encore « Prince »). Alors là, je veux bien vous croire les parents! Sauf que moi, j’aurais préféré que mes parents me privent contre ma volonté de tous les aliments qui m’ont donné une acné pas possible et ont fragilisé mon système immunitaire, tout en contribuant à un système qui met en danger mon avenir sur cette Terre. Attention, je tiens à préciser que j’ai des parents exceptionnels qui ont tout fait pour que je sois heureuse et en bonne santé! Il n’avaient juste pas conscience de la nocivité de certains choix.

C’est vous les parents, c’est vous qui avez l’autorité. Donc si vous avez conscience que votre mode de vie est nocif à court et long terme pour vos enfants, même si ceux-ci protesteront haut et fort il est de votre devoir de parents de changer vos habitudes.

Un parent a pour rôle premier d’aimer, pour rôle second d’éduquer. Aimer implique d’accepter de nombreux sacrifices, comme ceux inhérents au fait de changer ses confortables habitudes (je vous rassure, l’inconfort disparaît vite une fois que les nouvelles sont en place!). Éduquer, c’est donner à son enfant les clés qui lui permettront plus tard de faire ses propres choix pour son bien. Transmettre à son enfant à un mode de vie respectueux des autres êtres vivants et de son environnement fait donc partie de l’éducation, et il ne s’agit pas d’une option. Ne pas faire ces efforts, c’est se faire passer avant son enfant… Je ne suis pas là pour juger ou donner des ordres, seulement pour exprimer ma conviction de grande enfant.

PARENTS ZÉRO DÉCHET: LE COMMENT

Ayant moi-même une super Maman dont je suis très proche, j’ai conscience des énormes contraintes qui pèsent sur les épaules des mères de famille. Je parle plus des mères ici, car factuellement c’est le plus souvent par elles que se font les changements domestiques (sans sexisme hein!!).

Le gros problème, dans la vie, c’est le TEMPS (vaste sujet que j’aborde , et ). Une maman, ça doit s’occuper du ménage, de la cuisine, des courses, des activités scolaires, de la paperasse, de l’organisation des vacances, des anniversaires, ça doit travailler si ça veut prétendre au statut de femme moderne, avoir une vie sociale, être toujours bien coiffée-habillée-épilée, être attentive à chacun de ses enfants, et de bonne humeur avec son mari. Et EN PLUS de tout ça, on voudrait que ça ne produise pas de déchets? Abusé…

Oui, ça fait vraiment beaucoup.

Mais si ne plus produire de déchets, ça consistait en fait à revoir toutes les activités précédentes en les simplifiant? Qu’on ne s’y trompe pas, on ne vous demande pas d’être une superwoma(ma)n! Mais au contraire, de vous libérer de cette pression que vous impose sûrement votre perfectionnisme: on décomplexe! Si la panière à linge déborde à la fin de la semaine et que le cadet n’a plus de chaussettes, allez en chercher dans le placard du benjamin, et n’annulez surtout pas la promenade en famille pour une histoire de lessive. Si vous n’avez pas d’inspiration, faites des pâtes à la sauce tomate ou des patates à l’huile d’olive et vous verrez que tout le monde sera très content! Et si chacun de vos enfants ne fait qu’une seule activité extra-scolaire, mais une activité qu’il adore, est-ce vraiment un drame? De nombreux psychiatres plaident en faveur de l’inactivité des enfants, qui en de justes proportions stimule leur imagination.

Vous me direz, tout cela c’est bien gentil, mais on ne peut pas vivre tout le temps à la one again. Voici donc pour vous trois principes très importants à appliquer pour ne pas perdre les pédales sans trop se compliquer la vie:

  • PRÉVOIR

Prévoir ses menus de la semaine sur des bases très simples:

gratins (chou-fleur et pommes de terre à la béchamel et aux gruyère, gratin de potiron, gratin de blettes au camembert, hachis parmentier, parmentier de canard confit et purée de pommes de terre ou courge…)

purées (purée de pommes de terre, purée de carottes, purée de pois cassés…) accompagnées d’un oeuf ou d’une tranche de jambon

quiches à tout avec une pâte à tarte minute

cakes à tout (voir ma super recette de cake carotte cumin super easy)

frites au four de pommes de terre ou de patate douce (il suffit de les couper, des les arroser d’huile et de sel et d’enfourner, avec un passage à la fin sur grill), ou légumes rôtis à l’huile d’olive et aux herbes.

pâtes (sauce tomate maison avec des tomates fraîches et séchées mixées avec du basilic, avec un pesto d’épinards/basilic/pignons, avec seulement du gruyère et un oeuf, pâtes carbonara (lard acheté dans un tupperware chez le boucher), pâtes bolognaise…)

soupes (légumes divers, soupe de lentilles corail)

légumes vapeur avec de l’huile d’olive ou de la crème et du sel, ou des saucisses moutarde (personnellement je ne mange plus de viande, mais j’admets qu’avec des enfants, dans un premier temps la viande rend bien service pour préparer facilement des repas nutritifs)

salades froides composées

poêlées fourre-tout avec une base céréale/légumineuse et un accompagnement légumes

pour les apéros: toasts de pain à la tapenade (achetée dans un tupperware chez le traiteur, au fromage, au tarama (acheté dans un tupperware chez le traiteur) , au houmous maison (super fastoche), olives du traiteur, morceaux de cake, mini quiches, crudités avec une sauce au yaourt…

goûter des enfants pour l’école: profiter d’un dimanche après-midi pluvieux pour organiser un super atelier cookies, et s’ils ont l’âge, apprendre aux enfants à les préparer eux-mêmes. Pareil pour la compote. Ou tout simplement, leur mettre dans une boîte du pain avec du chocolat, une pomme ou une banane, ou encore des fruits secs!

Vous pouvez même avoir un menu type pour la semaine: chaque repas de la semaine a son type de plat (quiche, cake, légumes vapeur), dont le contenu varie en fonction de la saison ou du marché. Cela vous fera gagner un temps fou!

Faites vos courses de la semaine avec une LISTE, en UNE SEULE FOIS (ou au pire en deux fois, si votre cabas de marché est déjà au taquet avec le frais: dans ce cas, allez si possible à l’épicerie au moment de la semaine où il y aura le moins de monde). Prévoyez votre itinéraire entre le marché et le rayon vrac du magasin bio ou de l’épicier du coin. Votre liste vous permettra de savoir exactement combien de tupperwares il vous faut pour transporter les produits frais dont vous avez besoin pour votre semaine, et de les glisser dans votre cabas avant de partir. Fixez un moment, toujours le même si possible, pour faire vos courses chaque semaine: en prenant vos habitudes au marché, vous gagnerez beaucoup de temps. Je trouve toujours un moment dans la journée du vendredi pour préparer mes menus, pour que le samedi je n’aie plus qu’à aller au marché. L’anticipation permet de rester zen et de ne pas se laisser avoir par le manque d’inspiration.

Lorsque les stocks de produits secs diminuent, les noter au fur et à mesure sur un papier accroché au frigo pour n’avoir qu’à le récupérer avant de partir faire vos courses.

Il est de la plus haute importance d’anticiper au maximum les événements de la semaine ayant un lien avec les courses, pour ne pas être prise au dépourvu au dernier moment et filer à la supérette du coin se fournir en trucs pas bons pas beaux. Lorsque l’on sait que l’on ne vas pas pouvoir faire les courses comme d’habitude à cause d’un départ en week-end ou autre événement, on prévoit également à quel moment on va pouvoir fixer nos courses, avec une liste et des menus.

Prévoyez aussi vos besoins pour les occasions particulières: ayez toujours dans votre sac à mains un sac en tissu plié, pour d’éventuelles courses imprévues, pensez à prendre une gourde lorsque vous partez à la journée pour ne pas devoir acheter une bouteille d’eau, etc.

Et dans les périodes où vous avez besoin de lâcher complètement prise, ne faites pas de liste, faites le marché à l’instinct sans oublier d’y emporter vos propres sachets et tupperwares, et improvisez avec ce que vous avez, ça marche pas mal non plus 🙂

  • RÉDUIRE

Moins d’affaires, c’est moins de soucis. Moins de choses dans votre journée, c’est moins de stress. Pour vos affaires comme pour votre emploi du temps, optez pour l’essentiel. Si vous ne connaissez pas ce livre, je vous le recommande vivement!! Désencombrez votre maison de toutes les choses que vous n’utilisez jamais mais que vous gardez « au cas où », et arrêtez de perdre du temps dans des activités qui ne vous enrichissent que moyennement. Votre journée vous paraît trop remplie? Faites des choix. Certaines tâches incontournables peuvent peut-être être remises à demain. Qu’est-ce qui vous fera vous sentir le mieux? Nettoyer votre salle de bains ou aller enfin boire un verre avec votre bonne amie (cela dépendra des jours, posez-vous chaque fois la question: de quoi ai-je besoin aujourd’hui?).

Si votre intérieur est épuré, vous verrez qu’on y sème moins facilement le désordre, et qu’il est plus rapide à entretenir. Si vos recettes sont simples, elles sont rapides à préparer et nécessitent peu d’ustensiles et de vaisselle à nettoyer ensuite. Optez toujours pour la simplicité, en oubliant vos idéaux de femme parfaite et super sophistiquée. Pas de dessert dans le frigo pendant la semaine? On s’y habitue très bien, et ne pas finir son repas par du sucré facilite la digestion! On savoure d’autant plus le gâteau du dimanche!

Pourquoi avoir chez soi quinze shampoings, quinze produits de nettoyage, quinze tenues pour les grandes occasions? Un pain de savon de Marseille et une bouteille d’eau vinaigrée suffisent pour laver les cheveux de toute la famille, une bouteille de vinaigre blanc peut nettoyer absolument tout dans la maison (je l’utilise en pschitt dilué dans de l’eau, et fais même ma vaisselle avec!!), et deux tenues suffisent largement pour les grandes occasions. Pour l’entretien de la maison, l’hygiène et la beauté, vous pourriez avoir chez vous 9 produits et pas un seul de plus. Je vous détaille tout dans cet article.

Au fur et à mesure que vous réduisez vos possessions, ce sont aussi vos besoins et vos envies qui vont diminuer, et donc le temps que vous mettiez à les satisfaire.

  • BYE-BYE JETABLE, HELLO RÉUTILISABLE!

Le jetable, loin d’être un facteur de libération, nous rend dépendant de l’une des tâches que nous détestons le plus! Faire les courses… Il y a tant d’objets chez nous que nous achetons, jetons et rachetons, alors même qu’il existe des équivalents réutilisables! Voici dans cet article une liste de 6 objets que vous pourriez ne plus jamais avoir besoin de racheter.

Dire non au jetable, c’est aussi faire soi-même des produits que l’on ne peut pas forcément trouver sans emballage, comme par exemple le dentifrice ou la lessive. Attention ici à un écueil: faites toujours simple!! Si vous trouvez des recettes de produits faits maison avec quinze ingrédients que vous n’avez pas chez vous, ne les essayez même pas! Quand c’est compliqué, ce n’est jamais bon signe. Les recettes que je propose sur le blog sont toutes sélectionnées en fonction de ce critère de simplicité et de rapidité. Cela vous demandera moins de temps et moins d’argent que d’aller au supermarché, tout en vous faisant passer un meilleur moment (jouer à l’apprenti-sorcière avec ses enfants, c’est quand même plus amusant que les trainer dans les allées d’Auchan, non?).

Et comme je l’explique ici, même si changer vos habitudes va forcément vous prendre un peu de temps au début, cela vaut le coup parce que vous y gagnerez pour de vrai du temps et de l’argent.

J’espère vous donner l’envie du changement, et que les solutions que je vous propose vous seront utiles! J’aimerais avoir vos ressentis de parents (ou non parents d’ailleurs) sur cet article, alors n’hésitez pas à réagir!!

6 Comments

  • Reply Lorène 30 mai 2016 at 20 h 36 min

    Maman de 2 enfants de 2 et 4 ans je suis lancée dans la réduction des déchets. Les enfants mangent fait maison et effectivement ils adorent manger les cookies qu ils ont fait!
    Mon gros échec ce sont les couches. Bien qu ayant essayé les couches lavables je les ais abandonnées…
    Merci pour vos articles qui aident à se remotiver dans cette jolie démarche

    • Reply abracada-vrac 31 mai 2016 at 9 h 21 min

      Bonjour Lorène! Bravo pour ta motivation et chouette pour tes réussites 🙂 Apparemment les couches sont un vrai sujet pour les parents qui souhaitent réduire leurs déchets… Il existe des services de location et lavage de couches dans plusieurs villes de France, chaque semaine ils viennent te déposer un stock de couches propres et récupèrent les sales! Tu connais peut-être déjà?

  • Reply Chris 31 mai 2016 at 13 h 22 min

    Papa avec 3 enfants, le zéro déchet est pour moi/nous un objectif et pas une contrainte.
    Cela fait plusieurs années que nous avançons petit pas par petit pas.
    Aujourd’hui, je fabrique ma lessive, j’ai un lombricomposteur, je vais au marché acheté local et de saison, j’achète en vrac, j’ai troqué l’essuie-tout par des torchons microfibre, …
    Des petits gestes qui au final sont rentrée dans notre quotidien de manière imperceptible.
    Par contre si je mets les pieds dans un temple de la consommation, j’en connais 3 qui ne me ratent pas.

    • Reply abracada-vrac 31 mai 2016 at 14 h 55 min

      Génial, félicitations Chris et merci pour votre super témoignage!! Quand les enfants s’y mettent aussi c’est le pied 😉

  • Reply Monasterio 31 mai 2016 at 13 h 38 min

    Très convaincant ton article, on s’accroche et ces nouvelles habitudes deviendront des reflexes.
    Merci ma Jeannette.

    • Reply abracada-vrac 31 mai 2016 at 14 h 56 min

      Merci Mam 😉

    Leave a Reply