Désintox

Épicure et le zéro déchet

Épicure et le zéro déchet

Vous vous demandez sûrement où je suis allée chercher ce titre étrange. Quel rôle Épicure vient-il jouer dans cette histoire ?

Je vais vous le dire : beaucoup de monde pense que ce pauvre Épicure se retournerait dans sa tombe en apprenant qu’il y a sur terre des personnes qui adoptent un mode de vie intégrant les principes du zéro déchet, du minimalisme et de la décroissance. Mais oui, puisqu’Epicure définissait le plaisir, absence de toute douleur, comme le souverain Bien ! Et comme le zéro déchet et ses potes n’engendrent que privations, rejet du monde et souffrance, normal que ça ne lui plaise pas, à Épicure. Voilà, voilà.

Bon, on rembobine, et on propose une deuxième version des faits : les 3 super héros, Z, M et D, ne sont pas opposés au plaisir, bien au contraire ! C’est là qu’il faut préciser de quel plaisir on parle. S’il s’agit de l’excitation que l’on ressent en allant faire des folies chez H&M le week-end, alors oui effectivement ça ne colle pas. Mais si l’on parle d’un plaisir profond, qui nous fait croquer sérénité et bonheur à pleines dents, alors Z, M et D sont au contraire les guides idéaux !

 

Petite mise en situation : vous menez une vie normale, c’est-à-dire que vous vivez en ville, vous fréquentez en moyenne 15 magasins par semaine et dépensez un bon tiers de votre salaire dans ces magasins, parce que cela vous fait plaisir. Vos placards débordent de vêtements, votre trousse à pharmacie de médicaments, votre salle de bains de produits en tous genres.  Imaginez que demain, on vous enlève de chez vous sans vous prévenir, sans que vous ayez le temps de faire vos valises par exemple. On vous largue sur une île déserte, sans shampoing, sans eau courante, sans sirop d’agave ni four, bref sans rien. Seriez-vous heureux ? Il y a des chances pour que la réponse soit négative, parce que d’un seul coup, vous ressentiriez une frustration terrible de vous retrouver démuni de toutes ces choses qui peuplent votre quotidien et paraissent indispensables à votre plaisir !

Épicure et le zéro déchetA l’inverse, si grâce au minimalisme vous avez déjà appris à être heureux avec très peu, vous serez quand même un peu dégoûtés qu’on vous balance là-bas sans vous demander votre avis, mais vous ne souffrirez pas du sentiment de manque.

D’ailleurs c’est même Épicure qui l’a dit : « L’homme qui ne se contente pas de peu ne sera jamais content de rien ». Alors vous voyez bien qu’Épicure, il est à fond pour le zéro déchet et qu’il en rêve dans sa tombe !

Tout ça pour dire que pour moi le vrai bonheur et le vrai plaisir sont ceux qui existent sans condition, ceux que je vais pouvoir ressentir autant demain dans un autre pays ou dans des conditions de vie moins favorables, qu’aujourd’hui avec tout ce que m’offre la société de consommation. Si quoi qu’il arrive les conditions matérielles ne sont pas les conditions de ma joie au quotidien, cela veut dire que je suis LIBRE !

 

Nos amis Z, M et D nous apprennent à nous libérer, à apprivoiser le bonheur sans condition.

 

Je dirais même plus : le plaisir sans arrière-pensée. Parce que l’on a beau tout faire pour étouffer notre conscience, quand on achète un t-shirt à 5 euros on ne peut pas l’empêcher de nous souffler à l’oreille qu’il y a quelque chose de louche dans cette histoire.

Épicure et le zéro déchet

Source: Juste, la révolution textile

Si l’on est décroissant, on n’achètera pas de t-shirt fait en Chine ou au Bengladesh : on choisira une marque française, plus chère certes, nous forçant à acheter moins mais mieux, remplaçant l’achat compulsif par un achat réfléchi, et qui nous satisfera durablement. Un t-shirt à 5 euros me procure du plaisir pendant à peu près 15 secondes au moment où je passe en caisse, puis éventuellement les deux premières fois où je le porte. Puis je m’en lasse, et il part prendre la poussière avec tous mes autres t-shirt à 5 euros, au fond du placard. Alors qu’avant de m’offrir un luxueux t-shirt français, je me suis assuré qu’il réponde à tous les critères qui me correspondent (esthétique, confort, matière, assortiment avec mes autres vêtements…), et je vais me faire plaisir pendant des années, chaque fois que je l’enfilerai. Bref, un max de décroissance pour un max de plaisir !! Et en plus un plaisir total, léger, qui a le droit de prendre entièrement sa place dans mon esprit puisqu’il n’implique pas l’esclavage d’un autre être humain ou la destruction de la planète. Un plaisir sans « oui mais », sans concession.

 

 

Passez en revue les préoccupations qui encombrent vos pensées quotidiennes. Ces préoccupations ont-elles pour sujet la satisfaction de vos besoins réels ?

Ou passons-nous en fait notre temps à nous gâcher la vie à cause de choses qui finalement ne sont pas si importantes, à cause de frustrations et de désirs sans profondeur ?

Épicure et le zéro déchet

Parce que nous avons déjà tout ce qu’il nous faut pour vivre, nous croyons que le plaisir se définit comme la satisfaction d’un désir, et non pas celle d’un besoin. Nous sommes toujours à la recherche de choses que nous n’avons pas, persuadés que c’est d’elles que naîtra le plaisir. Alors, nous mangeons à la va-vite en regardant une série, nous nous lavons machinalement avec cette eau qui manque à d’autres pour boire, et nous nous endormons dans un lit confortable sans prendre conscience de la chance que nous avons d’être à l’abri et de pouvoir nous abandonner sans inquiétude au sommeil.

La satisfaction de nos besoins élémentaires nous semble tellement acquise que nous oublions d’y prendre plaisir ! Résultat : nous développons des problèmes de poids et de santé, nous oublions notre corps, nous laissons les préoccupations et le stress dégrader notre sommeil. Et pour compenser, nous allons toujours plus loin dans la recherche d’un plaisir qui est pourtant à notre portée ! Achats compulsifs, vacances de deux semaines à l’autre bout de la planète, sports extrêmes, relations sexuelles sans lendemain… Nous nous trompons de cible, quoi. Le succès planétaire du yoga, de la méditation en pleine conscience et autres témoigne de notre besoin de nous réconcilier avec l’essentiel.

Épicure et le zéro déchet

Un choix de vie minimaliste aide à orienter son attention sur ce qui est vraiment indispensable et important, pour y puiser joie et sérénité. Alors concentrons-nous sur nos besoins ! Ils sont peu nombreux et faciles à satisfaire, alors que le champ de nos désirs est infini et insatiable.

Épicure et le zéro déchet

 

Je vous propose un petit challenge personnel : la prochaine fois que vous avez envie de programmer une virée shopping en amoureux ou entre amis, troquez-la contre une sortie au musée, un aprem jeux de société, une balade en vélo ou une randonnée. Et voyez un peu si la joie n’est pas au rendez-vous 🙂

 

Si vous voulez aller plus loin dans cette réflexion, je vous conseille « L’art de la simplicité », le livre qui a changé ma façon de voir les choses il y a trois ans.

J’en profite pour vous donner un conseil, si vous souhaitez commencer à réduire vos déchets: suivez votre ressenti! Vivez-le comme d’autres vivent une cure de désintoxication, c’est-à-dire progressivement et en écoutant ce que vous ressentez. Si remplacer votre dentifrice par un équivalent fait maison ne vous fait vraiment pas envie pour le moment, alors concentrez-vous sur un changement qui vous motive, et attendez que l’envie vous vienne pour le dentifrice! Ne vous inquiétez pas, elle viendra. A aucun moment dans ma démarche je n’ai ressenti de frustration: j’ai effectué chaque changement au moment où j’en avais envie, et il n’y a que de cette façon que nos choix peuvent être durables.

Et vous, que pensez-vous de cette vision du plaisir?

No Comments

Leave a Reply