Désintox

L’amour peut sauver le monde!!

l'amour peut sauver le monde

On le sait, les choses vont mal. L’être humain détruit son environnement, tue les êtres vivants qui le peuplent, et se livre à une auto-destruction prenant de multiples formes, telles que la guerre ou l’exploitation économique. « Où va le monde? » est une question qui hante quotidiennement nos esprits est nos cœurs. Les ventes d’antidépresseurs sont au top de leur forme, et tout le monde fait la tronche dans le métro.

Pourtant, le monde peut être sauvé, nous pouvons nous réveiller de notre léthargie de robots et bondir de joie face aux merveilles que nous proposent en fait nos existences. Chaque seconde de vie qui nous est donnée est un cadeau précieux que nous avons tendance à laisser prendre la poussière au fond d’un placard!

Selon vous, quelle est la force qui nous a créés? Et quelle est celle qui nous pousse à nous auto-détruire, ou du moins nous empêche de continuer cette œuvre de création?

Pour moi, il existe dans l’univers une puissance plus forte que tout, qui est à l’origine de tout ce qui existe, et qui se fait renaissance lorsque tout paraît désespéré. Cette puissance, c’est l’Amour. L’Amour est un raz-de-marée qui renverse toutes les barrières, une vague que rien n’arrête. Regardez ce que les gens sont prêts à sacrifier par amour, combien chacun d’entre nous est transformé lorsqu’il aime, lorsqu’il est aimé! A mes yeux, il n’existe rien de plus puissant que l’Amour.

Contemplez la beauté de la Terre, des montagnes, des lacs, des rivières, des océans, et de toutes les créatures qui les habitent. Contemplez ce que l’être humain a de magnifique en lui. Rappelez-vous les joies les plus profondes de votre existence. L’Amour est présent dans tout cela. Et je suis convaincue que c’est l’Amour qui a tout créé, dans son harmonie et dans son unité originelles dont toutes les belles choses qui existent témoignent encore.

Et si le monde va si mal, c’est parce que nous n’aimons pas assez. On ne peut pas créer, on ne peut pas grandir, on ne peut pas avancer sans amour.

Cela peut s’expliquer très simplement: croyez-vous que les grands patrons de ce monde, s’ils avaient le cœur inondé d’amour, se livreraient à une telle exploitation des populations pauvres, à une telle destruction de la vie sur cette planète, se comporteraient avec tant d’égoïsme en ne regardant que leur compte en banque qui déborde pendant que le navire prend l’eau? Croyez-vous que chacun de nous, s’il était guidé par l’Amour dans chacun des choix de son quotidien, accepterait d’acheter des objets qui impliquent l’exploitation d’un frère humain, la torture d’un animal ou la dégradation de la nature? Croyez-vous que les politiciens prendraient les mêmes décisions s’ils étaient animés avant tout par l’Amour?

Si aimer était l’objectif de nos journées, le monde en serait transformé. Si nous nous levions chaque jour en nous disant : »Aujourd’hui, je vais dire du bien des autres, je vais donner de la joie à une personne qui souffre, écouter une personne qui a besoin de se confier, rire avec une autre, saisir chaque occasion de prendre soin de cette belle nature qui est le berceau de mon existence et sourire à chaque personne dont je croise le regard, aujourd’hui je vais vivre chaque seconde de mon mieux, avec la ferme intention d’aimer », pensez-vous que nous nous coucherions avec tant de lassitude le soir venu, pensez-vous que le journal télévisé aurait tant de mauvaises nouvelles à nous annoncer?

Et pourtant, pour la plupart d’entre nous, nous nous levons avec le dégoût de la journée de travail qui nous attend, nous mangeons à la va-vite une nourriture morte que de juteuses industries ont préparé pour la santé de leur cotation en bourse plus que pour celle de nos corps et celle de l’environnement, nous prenons des transports où nous pestons contre toutes les personnes avec lesquelles nous sommes agglutinés comme du bétail, nous travaillons sans conviction, avalons avec avidité un repas qui à peine terminé nous laisse une impression de frustration, retournons au travail dans les brumes de la digestion, puis rentrons chez nous fatigués, en ayant le sentiment de passer à côté de nos vies et de ceux que nous aimons.

Parce que l’Amour n’est pas au centre de nos vies, nous développons tout un tas d’inquiétudes qui nous dévorent et nous emprisonnent: est-ce que je vais gagner assez d’argent pour assurer le niveau de vie dont j’ai besoin pour être heureux? Est-ce que je vais vivre en bonne santé? Est-ce que la personne avec qui je suis est assez bien pour moi? Est-ce que mes enfants vont réussir leur vie? Est-ce que je ne devrais pas me faire refaire le nez?

Vivre d’amour et d’eau fraîche n’est pas seulement une expression faite pour les films niaiso-romantiques. Nous sommes faits pour aimer, et il n’y a que l’Amour qui puisse rassasier nos cœurs pour de vrai. Si l’on plaçait vraiment l’Amour et la joie profonde qu’il procure au cœur de nos vies, on aurait besoin de beaucoup moins de choses pour être heureux, on se ferait beaucoup moins de souci et on serait beaucoup moins stressés. Et, de surcroît, on changerait le monde en arrêtant de se regarder le nombril, en cessant de se laisser emporter dans un train-train aveugle favorisant un mode de vie construit sur la consommation, le relativisme et l’individualisme.

La consommation nous place sur une mauvaise longueur d’onde, sur une mauvaise fréquence. Je ne suis pas végétarienne née, et je mange de la viande lorsque je suis invitée chez les gens pour ne pas les vexer, mais je me demande bien comment on peut vibrer en harmonie avec la création, dont on fait partie, en mangeant un morceau de cadavre prélevé sur une bête qui a souffert, transporté en camion, peut-être congelé, puis qui a traîné sur des étals de supermarchés éclairés au néon. Ne pensez-vous pas que notre nourriture, nos vêtements, nos meubles, bref toutes les choses qui composent notre quotidien, sont plus qu’un prix sur une étiquette? Ne pensez-vous pas qu’ils renferment la somme des ondes positives ou négatives qu’ils ont accumulées au cours de leur fabrication, de leur transport, de leur utilisation? Pour ma part, plus je lis et réfléchis, plus j’en suis convaincue.

Je ne suis ni hippie, ni hindouiste. Pour tout vous dire, je suis catholique convaincue, et je pense que Dieu, qui pour moi incarne l’Amour, agit avec les moyens de ce monde, dont font partie les vibrations et les ondes. Nous avons été créés par amour et pour l’Amour, dans une unité qui à l’origine devait être parfaite. J’ai été bouleversée par le témoignage de cette femme (vidéo ci-dessous), qui raconte son expérience de mort imminente. Elle raconte notamment qu’en arrivant dans le « paradis », elle ne faisait plus de distinction entre son être, les brins d’herbe dont elle voyait vibrer chaque cellule de vie, et l’eau du ruisseau qui n’était que lumière. Elle raconte qu’elle même n’était plus qu’unité et amour, en harmonie avec tout ce qui l’entourait. Nous avons oublié à quel point nous ne faisons qu’un les uns avec les autres, et avec l’environnement. Nous sommes un tout.

Il y a quelques années, une femme révoltée m’a dit que les tremblements de terre ayant eu lieu au Népal l’empêchaient de croire en Dieu: comment Dieu aurait-il pu laisser des innocents mourir d’une catastrophe naturelle? Les hommes ne sont pas responsables des catastrophes naturelles! Il me semble aujourd’hui approcher une réponse possible à cette question difficile, qui paraîtra peut-être étrange, voire carrément perchée, pour certains. Je vous fais quand même part de mes suppositions: et si, en n’aimant pas, nous étions en fait bien responsables des catastrophes naturelles? Si, en cassant les ondes d’amour qui donnent à l’ensemble de la création son unité et son harmonie, qui tiennent ensemble les montagnes et les plaques tectoniques, nous créions un déséquilibre physique responsable de ces accidents de la nature? Si c’est bien l’Amour qui tient toutes choses ensemble, alors quand nous n’entretenons pas les ondes d’amour tout s’écroule. C’est en tous cas ce que semble expliquer avec ses mots la femme qui témoigne ici, lorsqu’elle raconte que dans les années 70, lorsqu’elle a fait cette expérience de mort imminente, avant qu’elle retourne sur Terre on lui a montré des images des catastrophes qui risquaient de se produire si les hommes ne changeaient pas leur cœur. Ce qu’elle en a compris, ce n’est pas que la nature se vengera de nous, mais que nous possédons une liberté fondamentale: celle de changer le monde en changeant nos cœurs, celle d’aimer ou de ne pas aimer. D’ailleurs, une seule question lui est posée lorsqu’elle est propulsée dans l’autre monde: « Comment as-tu aimé, et qu’as-tu fait pour aimer les autres? »

Si chacun de nous prenait toute décision à la lumière de cette question fondamentale, le monde serait sauvé. L’écologie ne doit pas être vécue comme une fixette sur la pollution et l’impact négatif de l’Homme sur l’environnement, mais comme une vision globale des choses, incluant aussi une forme de mystique. D’une part parce que l’être humain et la nature ne peuvent être compris séparément l’un de l’autre, et d’autre part parce que nous sommes, par nature, des êtres spirituels. Les problèmes du monde trouvent leur source dans nos cœurs, et c’est là que devrait commencer le travail de toute personne qui cherche à les résoudre.

En tant qu’écolos, notre devoir est donc avant tout d’aimer et de montrer l’exemple sur ce chemin. Une fois que l’on agit en fonction de ce critère unique, je suis sûre que l’on trouve aussi les mots pour expliquer à son voisin qu’il pourrait être appréciable qu’il trie son verre. Peut-être même qu’en lui transmettant cette envie d’aimer, vous l’aiderez indirectement à prendre conscience par lui-même des efforts environnementaux qu’il peut livrer pour vivre avec plus d’harmonie! Pour prendre la bonne route, il faut avoir le bon guide. Et il n’y a pas meilleur guide que l’Amour, soyez-en certains!!

Certes, défendre l’écologie c’est bien souvent combattre. Mais essayons de faire en sorte que ce soit avant tout aimer. Tournons nos consciences vers une affirmation positive et sereine de ce que nous pensons être bon, plutôt que vers la négation de ce que nous désapprouvons. Un oui est plus attirant qu’un non, et un oui fait plus avancer qu’un non. Aimons le monde que nous souhaitons protéger, plutôt que de détester celui que nous rejetons. Et plutôt que de rajouter des ondes de haine à l’atmosphère tendue qui existe déjà, ayons de la compassion pour les grands patrons de l’industrie et pour les politiciens qui se cramponnent à leurs chevilles, parce que ces hommes sont puissants financièrement mais faibles de cœur. Peut-être ces ondes d’amour leur parviendront-elles pour les changer petit à petit? 🙂

Comme d’habitude, mes suggestions sont plus faciles à énoncer qu’à mettre en pratique. Pourtant, la route se fait petit pas par petit pas, et l’important est moins de ne jamais tomber que de toujours se relever. Alors en route les amis!!

7 Comments

  • Reply Monasterio 8 juin 2016 at 19 h 37 min

    Merci pour cette belle reflexion. Nous sommes en chemin, les efforts sont à reprendre inlassablement, mais nous nous soutenons les uns les autres dans cette voie n’est-ce pas?
    Tous frères et soeurs.

  • Reply BELLE REFLEXION URVESQUE 12 juin 2016 at 1 h 55 min

    Très beau message qui donne envie d’aller plus loin, qui approfondi vos articles et qui nous explique mieux votre démarche! Vous nous menez sur un beau chemin, pas facile à suivre mais qui chaque jour nous aide à grandir! Merci!
    Tous unis dans une même famille.

    • Reply abracada-vrac 14 juin 2016 at 9 h 32 min

      Haha tu peux me tutoyer dauph^^

  • Reply Cat 30 octobre 2016 at 22 h 49 min

    Bonjour,
    J’ai apprécié cet article et d’autre +++++. J’ai 2 questions a te poser mais avant je souhaite te donner un résumé de mon profil: Je suis une femme, j’ai 43 ans, 1 enfant et 1 super mari, une belle maison, enfin il me reste 15 ans a payer 😉 , je suis en bonne santé, le maquillage et les fringues je m’en tape, mon pécher c’est la déco, mon boulot c’est l’agriculture (le végétal), je mange un bio de plus en plus, j’adore les animaux, je vis dans le sud et je viens de faire un burn out, je ne sais pas précisément pourquoi, j’y travaille. Ma question: 1: Comment peux tu être si mure dans ta réflexion, sur la vie, le boulot, la sociéte et tous le reste a ton âge ?. J’ai l’impression que ta déjà vécue plusieurs « vie ». 2: Es tu seule dans ta « réflexion ». Tu es bien sur libre de ne pas répondre a tout.

    • Reply abracada-vrac 4 novembre 2016 at 10 h 51 min

      Bonjour Catherine! Merci pour ce compliment 🙂
      1° Je pense que c’est le propre de ma génération de se poser énormément de questions et d’ouvrir les yeux sur le monde en prenant du recul. D’une part, la Terre connaît actuellement des fréquences de vibrations inouïes, ce qui stimule les éveils, et d’autre part nous débarquons dans un monde complexe qui est celui des générations précédentes, pas le nôtre: d’où nos regards neufs et différents. A ce sujet, tu serais sûrement très intéressée par la conférence « La nouvelle renaissance » de Yannick Roudaut: https://www.periscope.tv/offensivpme/1lPKqYPOalwKb
      J’ai connu à 19 ans une grave dépression dont j’ai mis plusieurs années à me remettre, ce qui aide pas mal aussi à remettre en question les socles sur lesquels on était confortablement assis. J’ai eu beaucoup de mal à trouver ma voie professionnelle, et cela a été l’occasion de nombreux questionnements. Et je crois en Dieu, ce qui a introduit depuis l’enfance un rapport à la transcendance qui n’est pas pour rien dans ma capacité à prendre du recul sur la réalité présente.
      2° On ne chemine jamais vraiment seul: mon cheminement, je le dois à des rencontres décisives, à des lectures passionnantes et j’ai pu partager le fruit de ce chemin avec des proches qui maintenant avancent avec moi 🙂 Nous devons récrire notre avenir, et nous ne pouvons le faire qu’ensemble 😉

      Courage de ton côté, ce que tu traverses est un cadeau, dur à porter certes, mais qui t’apportera énormément si tu parviens à te laisser guider et à écouter le message que ton guide intérieur veut te délivrer 😉

      • Reply cat 4 novembre 2016 at 20 h 28 min

        Je te remercie pour ces réponses et pour le temps que tu as passé à le faire. Ta réponse illustre parfaitement ta vision de la « puissance de l’amour ». J’ai ressentie la différence entre une « réponse » et une réponse guidée par une réflexion positive et par l’amour au sens large.
        Je comprend d’où vient ta réflexion « mure » par rapport a ton vécue. Tu as pris 20 d’avance sur moi ! tu as tout a fait raison « c’est une chance ». (J’avais pas lu ta réponse) aujourd’hui resto avec des copines et on devait trinquer chacune a un truc bien qui nous était arrivé : Ya eu 1 BB, 1 nouveau chef super sympa, 1 semaine de vacances et moi j’ai dit » vive mon pétage de plomb c’est ma chance ». Ben il a fallu argumenter, car toutes m’on dit mais qu’est ce que tu va devenir ? j’ai dit quelqu’un de mieux, respectueuse de ce qui m’entoure, positive. Merci pour le lien. Merci tout court.

        • Reply abracada-vrac 23 novembre 2016 at 15 h 48 min

          Merci à toi Catherine pour ce beau témoignage 🙂

    Leave a Reply